Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
/ / /



Un délicat voile de soie protégeait un petit nid semblable à du coton, sans être aérien, plus compact, doux au toucher, voluptueux à la caresse. Le petit homme, s’y allongea sans attendre, même si son estomac criait famine, il ne pouvait rien avaler, juste quelques gorgées de nectar agréablement acidulé.

Et la musique ... Schubert, Vivaldi, Strauss. Un rendez-vous magique, chacun donnant aux autres l’essence du savoir, l’arrangement de la quiétude, de la sérénité, la fusion des arts et des virtuoses, beauté intemporelle, œuvre des Dieux.

 

Combien de temps resta-il dans cet havre de paix ?

Nul ne le saura.

Et le temps fera son œuvre, réparateur, salvateur.

 

Les yeux encore clos, telle une chrysalide aux portes de l’envol, il reprit conscience dans la nébuleuse moiteur du sommeil.

 

  • Qu’est-t-il arrivé ? Où suis-je ?

     

Peu à peu le petit homme, se remémora les incroyables évènements qui l’ont amenés jusqu’ici.

 

D’abord ce lac où d’étranges chants s’élevaient, la sirène, oui la sirène c’est bien ça. Et ce paysage de pierres, ces trous, le Trou, excavation magique, qui révéla l’image des ses enfants, rayonnants de paix et de sagesse.

L’immense fatigue, le désarroi, la peur, l’angoisse.

Ses mains, le sang…

Inconsciemment il frotta ses doigts sur la plaie encore palpable.

Le lézard, pouah ! Sale bête… D’jeck, ouais, il n’a pas l’air très agressif, au contraire. L’esquisse d’un sourire.

La musique, sublime, inquiétante, venue d’ailleurs. Et qui sont ces êtres maléfiques, le peuple de l’ombre, (soupir…) va savoir...

Puis La Voix, douce, autoritaire, sensuelle, gardez la vie en vous dit elle… nos sorts sont liés… qu’est ce que cela veut dire ? ...

Décors contrasté, étendues chaotiques, magnificence au détour d’un chemin, beauté souterraine, splendeur… et tous ces monstres… Mon Dieu….

Le petit homme, osa entrouvrir les yeux,

 

  • Qu’il fait bon, que c’est beau !… J’ai faim…

     

Timidement il se leva, inquiet et prudemment s’enquit d’effleurer les mets qui s’offraient à lui, de les toucher, de les porter enfin à sa bouche.

 

Reposé, ragaillardit, il s’imposa un moment de réflexion, une analyse lucide des évènements.

 

 

 

 

12

 

 

 

  •  
    • Lucide, n’importe quoi ! Rien n’est cohérent, et d’abord, où suis-je tombé ? qui sont ces gens ? Peut on parler de gens, lorsqu’il s’agit de lézards et autres créatures ? Et en plus elles parlent.

Bon, de toutes façons si je veux en avoir le cœur net, il faut tout d’abord aller rendre visite à cette charmante voix.

 

D’jeck ! D’jeck !

 

Murmura-t-il sans grande conviction, puis sans attendre, s’aventura vers qu’ilsupposait être la sortie. Chaque pas lui donnait plus d’assurance, il avançait maintenant dans un labyrinthe de galeries voûtées

 

Soudain, le sol s’effondre, il se dérobe, chaque seconde parait des heures, le petit homme, disparaît…

  • D’jeeeeck …..

     

Le sol rejoint rapidement le corps. Le bruit de l’impact fut sourd, mat.

 

Le petit homme, un instant groggy, releva la tête comme pour mieux défier l’obscurité. Son premier réflexe ? se relever, expirer l’air contenu dans ses poumons un instant bloqué, expulser en une fraction de seconde la surprise, le trouble, le choc subit.

L’endroit est obscur, tous les sens du petit homme se mirent en alerte, instinctivement tout son être se tourna vers ce qui lui parut être une présence, est-ce un friselis, un bruissement, un murmure ? Il ne pouvait le dire, juste le sentiment de n’être point seul. Peu à peu ses yeux s’habituèrent à la nuit des profondeurs. La bas à quelques mètres, une ombre, oui c’est ça, une ombre, une masse informe qui bouge, respire, tressaille.

 

  • Il y a quelqu’un ?

     

Lança-t-il en chuchotant. Le vide, la salle de pierres amplifiait les sons. Il se contracta un instant pétrifié à la perception de sa propre voix.

L’ombre bougea à nouveau, et manifestait sa présence par de petits gestes maintenant perceptibles.

 

  • Qui êtes vous, c’est toi D’jeck ?

  • N’..., ne m’approche pas, je ne vois rien, je vis ici depuis bien longtemps, depuis une éternité, et je viens de loin.

- Moi aussi je viens de loin, mais à quoi ressemblez vous. J’ai vu toutes sortes de créatures, des plus belles aux plus monstrueuses, en faites vous parti ?

  • Je ne sais pas, toutes ces créatures, comme tu dis ne sont pas horribles, mais douces et prévenantes. Je sais seulement que je suis différentes, que je n’appartiens pas à leur monde.

 

 

 

12

 

Partager cette page
Repost0

Présentation

  • : Le blog de henzzo
  • :
  • Contact

Profil

  • henzzo
  • diplômé déducation physique - spécialisé pour handicapés physiques - exercé handicap,toxicomanie,délinquance. Directeur centre de remise en forme- traversée course à pied des pyrénées - mais aussi de la france en solitaire et du maroc
  • diplômé déducation physique - spécialisé pour handicapés physiques - exercé handicap,toxicomanie,délinquance. Directeur centre de remise en forme- traversée course à pied des pyrénées - mais aussi de la france en solitaire et du maroc

Recherche