Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
/ / /

 

Le petit homme, le petit bout d’homme, glissa vers la petite voix, prudemment, sans brusquerie comme un dompteur ne voulant pas éveiller l’agressivité de la bête. Rampant, se relevant sur ses mains, s’aidant de ses genoux meurtris par la chute, il se retrouva juste à effleurer «la chose».

  • Vous parlez ? mais le son de votre voix me parait proche c’est différent de tout ce que j’ai pu entendre jusqu’ici. Même D’jeck….

  • Ha! Tu connais D’jeck ? s’exclama l’ombre avec un petit rire enfantin et amusé.

  • Oui, et pour tout dire je ne connais que lui, lui et cette voix de femme lorsque j’ai franchi la porte de la montagne. Je ne sais que penser, il a l’air gentil mais…

  • Mais ... c’est un gros râleur n’est ce pas ?

  • Je ne sais pas, heu… oui !

  • D’jeck est un bougon, un impatient, une tête de mule, mais il a un cœur gros comme ça.

     

Deux mains blanches apparurent, longues fines et blanches si blanches, cristallines. Un halo bleuté perçait l’obscure atmosphère, un feu follet azur offrait sa douce lumière à ces mains fragiles en gants élégants et gracieux.

 

  • Vous êtes une femme ! … humaine …?

  • Oui, enfin ... je crois …

     

Disant cela, le lourd drap noir glissa lentement le long de ses épaules, son corps, partiellement dénudé transpirait du pâle reflet d’un ciel limpide. Le petit homme, dévisagea l’inconnue.Sa peau était pure, transparente, virginale. De son visage émanait, par la régularité des traits, la quiétude, la sérénité. L’iris de ses yeux, rose pâle, ajoutait au portrait un indéfinissable sentiment de bonté, de force. Malgré l’absence de pigments son regard captivait le petit homme tant il était intense. Plus encore, aucune marque de pilosité devait ternir l’ensemble, tant cils, sourcils et cheveux étaient d’un blanc immaculé. La jeune femme semblait sortir tout droit du nid utérin qui l’a mise au monde.

 

Pour la première fois depuis son entrée dans le nouveau monde le petit homme,se mit à pleurer. Tant de temps passés, tant d’années vécues à la recherche d’une authentique réponse quant au sens de sa vie. Un seul être apparaît et le monde tourne autrement, s’accomplit soleil, astre de lumière, irradie cœurs, purifie âmes, cultive esprits. La femme n’était pas l’objet de son trouble, mais l’Être, sa densité, sa surface, sa profondeur. Elle n’est pas femme, elle est son double, son émoi. Le petit homme, coeur de toutes celles qu’il avait aimé, turbulent amoureux, prédateur, chasseur, victime, courant vers un air de rien, vers un ailleurs jamais trouvé. Il s’essouffle dans des draps trop blancs, essoufflé de trop donner, accablé de fardeaux conquis, le petit homme,avait le sentiment d’être au bout d’un chemin, de comprendre le sens du nord, d’aller vers un enfin, un là bas, destination finale, fatale, où tous les petits bouts de sa vie feront sens et s’accommoderont en une œuvre tangible, crédible.

 

 

 

13

 

 

Il s’accroche, combat, espère, ne lâche rien. Depuis toujours, depuis que la vie s’est immiscée dans le ventre maternel, depuis la première image floue, surdimensionnée, imprécise, il cherche l’idéal brut, facile, sans se poser d’autres questions que vivre le présent.

 

Tout a été séquences, tiroirs bien rangés, aucun petit bout de vie ne laissait supposer le suivant, ne rappelait le précédent. Il était prédestiné à vivre, une vie banale. Héritier docile de fortunes intimes, il semble subir ses actes et non les commettre.

Pourtant de l’effacement parfois jaillit la lumière, sans autre ambition que d’ouvrir la porte du destin, timidement, mais vigoureusement.

 

Sa vie fut une succession d’aventures physiques, intérieures, sublimées par le goût du rêve, la quête d’émotion, la foi en un Dieu unique, le sien. N’attendant rien de personne, il s’était proclamé serviteur de lui-même, avec l’arrogance discrète d’un homme prisonnier de ses doutes, avec au cœur, l’insolence et le mépris de celui qui n’attendait rien des autres, les moutons charognards, les vautours avides qui convoitent tout espace pour de médiocres honneurs.Sa pugnacité, le hasard des rencontres, et le monde soudain devient champs de foire, monde magique, les lumières s’allument, les marionnettes s’agitent et…. Entracte...

On le disait insaisissable, il se sentait incompris, n’en éprouvait aucune amertume, n’en retirait pas gloire, vivait avec ça, à distance, spectateur, un brin frondeur.

Il déclinait le genre humain au temps de l’imparfait, au futur de l’égoïsme, au présent de tous les vices, avec ses faux semblants, ses droits de l’homme, son altruisme des gauches, pour mieux se servir, être le premier lors de la curée orgiaque des restes du père tant aimé ou détesté, selon la fortune héritée.

Le regard de ses semblables est versatile, leur conscience ne dépasse pas la pointe de leurs pieds, ainsi vont les vies, les consciences marchent au pas.

Seuls ses enfants étaient au centre. Vanité d’un mâle créateur, reproducteur, un petit bout de lui, du petit homme, pour vivre un peu d’éternité. En cela il n’était pas mieux que ceux qu’il dénonçait, mais il s’efforçait toutefois de ne rien faire pour entraver leur bonheur, souvent au détriment du sien. Être disponible, de loin, les protéger de ses propres angoisses, de ses tumultes intérieurs, pour n’en offrir que la sève, nectar qu’il pourrait peut-être distiller, pur suc de ce qu’il pensait avoir de meilleur, si tant est que le meilleur puisse exister chez lui. Il en doutait….

 

La jeune femme se leva avec grâce.

 

  • Allez viens, le moment est venu de t’affranchir de ce qui est à l’origine de ta venue parmi nous.

  •  
    • Non attendez ! Parlez moi encore de vous, j’ai le sentiment de vous connaître … Ne me laissez pas dans la confusion, donnez moi les clés. Je suis en proie à des tourments insondables depuis l’instant de notre rencontre.

  • Tu as raison, pardon, je ne me suis même pas présentée. Mon nom est Cydonia, et je suis ta sœur jumelle … tu es rassuré ?

Allons, fi de discours, une visite guidée t’éclairera plus encore sur ta présence en ces lieux

Tu viens petit frère ?

 

13

Partager cette page
Repost0

Présentation

  • : Le blog de henzzo
  • :
  • Contact

Profil

  • henzzo
  • diplômé déducation physique - spécialisé pour handicapés physiques - exercé handicap,toxicomanie,délinquance. Directeur centre de remise en forme- traversée course à pied des pyrénées - mais aussi de la france en solitaire et du maroc
  • diplômé déducation physique - spécialisé pour handicapés physiques - exercé handicap,toxicomanie,délinquance. Directeur centre de remise en forme- traversée course à pied des pyrénées - mais aussi de la france en solitaire et du maroc

Recherche