Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
/ / /





C’était un petit homme, un petit bout d’homme d’un autre temps, d’avant.

C’était un petit homme, un petit bout d’homme d’un autre temps, plus avant

C’était un petit homme, un petit bout d’homme du temps présent, et... vivant.



Un jour qu’il usait son corps à des flâneries paresseuses, qu’il laissait libre tel un écho, son esprit sauter monts et vallons, virevolter au gré des vents, en une valse à trois temps, un jour le petit homme, le petit bout d’homme perçut un sifflement, un son différent à son oreille exercée qui vibrait aux bruits courants. Ce n’était point l’air du temps, brise du père Éole, ni la fuite d’une étoile taquine qui saluait en filant le dernier des hominidés vivants. Non c’était comme un chant, celui entendu il y a longtemps lorsqu’il s’était pris les pieds dans les vagues de l’océan au risque de tomber, d’être roulé, retourné et bousculé encore et encore. Oui c’était comme le chant de la sirène du pays de l’Entrecontinent, créature exquise et singulière, belle à la vue, charmeuse à l’ouïe, envoûtante à l’esprit, elle avait imprimé à l’encre de son sceau, en son âme juvénile, ses royales armoiries.

Le petit homme, n’acheva pas son pas. Son pied, suspendu, tenu comme par un fil, un instant immobile, posé sur un coussin d’air, esquissa lentement sa descente vers le sol de terre sablonneuse. Ses yeux clairs pointaient en direction du lieu d’où provenait l’étrange bruit. Orienté ainsi vers l’objet de sa curiosité, il entreprit d’amener son séant vers le sol, pour mieux s’instruire de l’incident dont il est témoin.

Loin, très loin est l’océan, à des lieux distants, point de vagues hussardes battant le tambour pour marquer le pas aux frontières de son lit. Point de sirènes aux chants naufrageants, point d’étendues infinies au delà desquelles le monde tombe dans l’abîme du néant, point de cela mais un soleil couchant tendant son paréo jaune, ocre et rouge sur les cailloux de schiste bleu posés dans la plaine déserte et chaotique.

Ce fut ici que ZeusDieu du ciel et de la lumière, Dieu souverain, père des dieux et des hommes, ordonnateur du monde qui présidait à tous les phénomènes atmosphériques. Ce fut ici donc, que Zeus à la conquête du pouvoir lutta contre Cronos et les Titans se faisant aider par les cyclopes, frères de sang, Brontès(le tonnerre), Stéropès(la foudre) et Argès(l’éclair), ils avaient un seul œil au milieu du front et des mœurs assez sauvages.

Immobile, les heures passèrent et le petit homme, fixait, l’excavation obscure d’où venait le bruit inquiétant. Subrepticement il lança un caillou en direction des bruits des ténèbres, puis un autre plus prés, et un autre instantanément happé par la gueule béante de la bête minérale. Il se glissa alors comme un serpent en chasse vers le trou d’où s’échappait le murmure. Timide et prudent il risqua un œil dans le ventre béant tant sa curiosité était grande. Les chuchotis devinrent expressifs, comme accessibles à son raisonnement. Pas de mots, pas de phrases mais les syllabes frappaient son système auditif. Son cerveau quant à lui n’en décryptait pas de sens cohérent mais il savait qu’ils ne pouvaient être émis que pas un être de genre humain. Paralysé, ses sens, ses muscles, son corps tout entier étaient tendus comme pierre, il n’éprouvait aucune frayeur tant fasciné par l’extraordinaire événement. De ses doigts, coincés dans un interstice rocheux, suinte un filet de sang.

 

1

 

Sa main gauche blessée se risqua jusqu’aux lèvres du calice aux murmures. Une larme de sang glissa avec infini lenteur sur la pierre polie par les pluies et le vent et se posa au bord d’une arête et, paraissant prendre une profonde inspiration, tomba dans le trou noir.

Soudain, gicla comme un éclair, un jet de lumière, éclats d’émeraudes verts et bleus. Le petit homme, comme pétrifié par cette précieuse flamme observa sans tressaillir. L’éclair semblait figé, comme gelé instantanément. Il prit alors la forme d’un sceptre dont un bout fixé à la hauteur de ses yeux, pointait à l’autre bout, une paire de billes ovales et de même matière précieuse.

Le merveilleux n’est pas comptable du temps. Les secondes, les heures, les jours ne représentent plus rien tant l’émotion fut grande.

Peu à peu des millions d’étincelles tombèrent dans la déchirure de pierre et six yeux apparurent, des yeux d’émeraude du plus pur éclat.

Les babillages s’articulaient alors en langage, en mots cohérents et ordonnés.

  • Nous sommes tes enfants, nous sommes de ton sang, nous étions enfermés là, dans les ténèbres en l’attente du bien commun qu’un seul être au monde pouvait nous rendre : - la lumière -

  • Tes yeux sont les nôtres

  • Le nectar qui coule en nos veines nous uni à jamais

  • Pas une sirènes, ni un cyclopes, ni même Zeus ne sauraient nous séparer

  • Nous t’attendions, nous t’espérions pour continuer en paix, même sans toi, même loin, mêmes seuls.

Le petit homme, passa sa langue sur le coin de ses lèvres, comme une caresse avale une larme, une autre glissa le long de sa joue et tomba précisément sur la tache de sang provenant de ses doigts encore meurtris.

Les petits bouts du petit homme, se mirent à rire à l’unisson.

Un air chaud s’échappa amenant avec lui trois petits corps. Deux émeraudes étincelaient sur leur visage, là juste à la place des yeux. Le souffle s’enroula lentement autour du petit groupe comme un manteau, un manteau de soie, tiède et protecteur. Le petit homme et les petits bouts du petit bout d’homme restèrent là longtemps, très longtemps.

  • Je n’aurai plus la force de vous quitter, je…

  • Va papa, ta vie est au pays de l’Entrecontinent, nous t’avons cherché, sans t’avoir perdu.

  • Va, retourne vers la mer et les chants, retourne voir la sirène et la vie du présent, nous étions prisonniers, tu étais enfermé.

  • Les cataclysmes, les cyclopes et les vagues, bouleverseront certes nos vies comme hier, comme toujours, mais ne détruiront point les trésors qui brillent dans nos yeux, ce joyau unique, éclaté, dont nous possédons un petit bout, celui du petit homme.

1

Partager cette page
Repost0

Présentation

  • : Le blog de henzzo
  • :
  • Contact

Profil

  • henzzo
  • diplômé déducation physique - spécialisé pour handicapés physiques - exercé handicap,toxicomanie,délinquance. Directeur centre de remise en forme- traversée course à pied des pyrénées - mais aussi de la france en solitaire et du maroc
  • diplômé déducation physique - spécialisé pour handicapés physiques - exercé handicap,toxicomanie,délinquance. Directeur centre de remise en forme- traversée course à pied des pyrénées - mais aussi de la france en solitaire et du maroc

Recherche