Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 août 2011 4 11 /08 /août /2011 15:55

2 tourterelles flouSAM 0005

 

 

 

Un immense noyer, un modeste néflier du japon, quelques palmiers,  de majestueux lauriers roses, quelques rosiers naissants, et...........des TOURTERELLES!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

 

 

Partager cet article
Repost0
9 août 2011 2 09 /08 /août /2011 18:18

renard_roux_16.jpgrenardeau-2.jpg

 

 

 

 

Petit Renard a dit:

 

«Mais quand on sera mort, que va-t-il se passer?

M’aimeras-tu toujours, est-ce que l’amour ça reste?

 

Son papa l’a bercé contre lui, tandis qu’ils regardaient la nuit, la lune dans l’obscurité, les étoiles qui brillaient.

 

 

ciel etoile tut

 

 

«Regarde Petit Renard les étoiles comme elles scintillent et étincellent, certaines sont mortes depuis longtemps, mais elles continuent à briller dans le ciel du soir, car vois tu, Petit Renard, L’amour comme les étoiles ne meurt jamais.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
9 août 2011 2 09 /08 /août /2011 12:08

 

  etoile fil

Il s’accroupit et il traça toutes les planètes qu’il connaissait.

 

Il s’accroupit et il traça toutes les planètes qu’il connaissait.

 

Il aperçu une étoile filante dont il dessina l’arc.

 

Dans les ténèbres où il vivait il vit ainsi toutes les autres étoiles qui brillaient et scintillaient et il leur vola en secret un petit éclat de lumière qu’il serra dans son cœur.

Partager cet article
Repost0
9 août 2011 2 09 /08 /août /2011 10:31

vague.png 

 

Le ressac des jours passant

Fait disparaître les cicatrices,

Comme une mer invisible

Gomme un dessin sur le sable.

 

Échoué sur la plage

Il lit le livre de sa vie

Tatoué à l’envers de sa peau

 

Les vagues tournent les pages,

La tempête a cessé.

 

SAM_0018.JPG 

 

Tourne toi et va

Tu es impuissant à effacer les souvenirs

Ne te bat pas contre eux, ils gagneront.

Ne lutte pas avec eux ils s’imposeront.

 

Alors fais de ton dos les voiles du destin,

Du vent une énergie nouvelle,

Pour aller vers un ailleurs paisible.

 

Le ressac des jours passant

Fera disparaître d’autres cicatrices

Gravées à l’envers de ta peau.

Tu échoueras sur d’autres plages

Et tu liras le livre de ta vie…

 

…et les vagues tourneront les pages.

 

 

Partager cet article
Repost0
9 août 2011 2 09 /08 /août /2011 09:04

maroc-1.jpg 

                    Un voyage à travers le temps. Transporté dans un passé que la mer inonde, l’océan s’abîme en elle en un saisissant contraste.

 maroc 4

                   De Tanger la blanche aux blondes plages d’Agadir, de lumières ocres aux fraîches nuits étoilées, un éternel mouvement de couleurs et d’images berce un peuple qui obéit au souffle du vent dans le respect des différences imposées.

 

                  Différents nous même dans nos corps dans nos vies nous abordons la terre marocaine. Transportez vous dans les hauteurs sauvages à flan de ravin, loin du bruit. Cheminez sur une piste chaotique, vos sens n’accrochent plus au relief. Ici la vie est discrète comme ces maisons basses élevées de terre crue. Un îlot d’habitations apparaît, écueil minéral.

  maroc-5.jpg

                    Le soleil déjà bas alourdit le climat d’ombres inquiétantes. Sorti de nulle part il se joint à nous petit bonhomme souriant. Sa main tendue ne réclame que la notre. Le petit groupe s’élargit d’enfants turbulents, d’adultes curieux.

 

                   L’équipe se reconstitue, les véhicules s’égayent çà et là vomissant leurs occupants. Fauteuils roulants déchargés, vélos sanglés sur les remorques, signes amicaux, le groupe se dilue à la chaleur de l’hospitalité berbère. Nos yeux scintillent de milles images. La journée défile au rythme de nos efforts. A force de bras, le fauteuil se mêle au vélo pour se lancer dans une folle course à pied. La progression se fait ainsi de sueur en patience sous le regard protecteur des véhicules d’assistance. Ainsi chacun à le loisir de s’enrichir de spectacle naturel, de rencontres fortuites.

            maroc-3.jpg

                     La nuit nous enveloppe maintenant, noire, fraîche. Accroupies prêt de l’âtre deux femmes sourire malicieux, port altier, la robe coincée entre les jambes à force de gestes amples égrainent la semoule qui tombe en pluie dans un large plat de terre cuite. Un bébé, suspendu au dos de sa mère dans un sac de laine, dort bienheureux, bercé des mouvements de la jeune femme. A l’intérieur, la chaleur du poêle à bois se répand. A demi étendu sur une natte , le grand-père , de sa main caressante console un gamin boudeur, ivre de fatigue à courir après des chèvres mutines, pieds nus dans les hauteurs de son domaine, tandis qu’une jeune fille s’agite attentive à tous, évitant nos regards avec un brin d’insolence.

 

                      Ici la joie est communicative, le thé à la menthe d’un long filet versé, reste le lien de convivialité que nos différences de langues ne sauraient rompre.

 

                       Pieds nus nous nous risquons dans la pièce. Les tapis de couleurs vives nous invitent à étendre nos corps. Nous allons profiter du repos simple et rustique offert par nos hôtes. Discrètement la petite famille se retire laissant derrière elle le fumet délicat du plat traditionnel que nous allons partager. Détendus, repus nous nous abandonnons ainsi à des rêves qui se comptent en mille et une nuit.

 

                      Ce n’est qu’un bout du voyage, quelques heures volées au hasard de ma mémoire. Peut-être aurai-je du vous faire vivre les trop courtes nuits passées dans les palaces de Marrakech ou d’Agadir. Les prévenances du Ministre d’état, son Excellence MOULAY EL ALAOUI qui nous aborda avec intérêt, s’inquiétant à tous moments de faciliter notre séjour, alors que les relations franco-marocaines étaient en cette période assez tendues

 

                     Peut-être aurai-je du vous faire partager ces longues nuits passées sur les pistes. De collines en collines le paysage s’étalait uniforme, tandis que la nuit tombait. Des nuits étoilées pour seul abri, bivouac improvisé au cœur de l’atlas marocain.

 

                    Je pourrai tant vous raconter, et cette étrange impression de déjà vu, d’y être né.

maroc-2.jpg

Partager cet article
Repost0
6 août 2011 6 06 /08 /août /2011 08:34

rose 1

 



 papillon 1

 

            En ce monde impudique, la beauté n'est qu’un leurre.

A vous voir empalé sur l‘épine de rose, tel papillon aux ailes froissées, je vous reconnais, proie désormais vouée à l’appétit gourmand. Vous êtes belle je l’admets de celle qu’on aimerait toucher, effleurer du regard les yeux baissés.

 

          En ce monde qui n’est le votre, vous aurez peut-être mieux été dans un ailleurs à jamais oublié. Vous viviez le bonheur, il était à vos pieds. Était ce bonheur que s’y cacher. Du papillon à l’épine de rose naît le bouton dont le parfum exhalé enivrera le monde d’un charme inégalé.

 

          Il butine vous pensiez, mais je ne suis ni rose ni fée, il ne m’aura point ma corolle est d’acier et le bourdon lourdaud n’a qu’à s’y frotter. Le pataud du dard s’est défait, il se mit même à chanter. Il n’était beau sans être laid mais se cru mieux qu’il n’était. Allons Madame un peu de bonté et oubliez mes traits, je ne suis là vous le savez que pour un temps m’enivrer.

 

          En ce monde insensé, allons Madame s’il vous plait, dîtes moi que votre esprit est sorcier, que vos atours sont surfaits, que vous êtes d’un ailleurs d’où je ne peux m’exiler. Dites moi Madame que vous n’avez jamais existé.

Partager cet article
Repost0
6 août 2011 6 06 /08 /août /2011 08:11

banyls paris
banyls paris

 

                               Seize jours durant mon corps a transpiré à l’unisson d’un monde végétal, minéral et humain.

                  Seize jours durant j’ai vécu mille ans.

 

                  Mes pas souffraient des efforts accomplis. Le passé s’impose pour construire l’avenir. Dans cet univers sans âge je balade mes sentiments au gré des caprices du temps. Le décor patiné par des siècles de patience s’accommode des créations humaines afin qu’aucune injure ne soit faite à l’originelle vocation de la terre: garder ses vertus célestes.

 

                 Je pars ce matin d’avril 1988 découvrir la terre, m’offrir la vision intime d’une France que je ne connais pas, sans brutalité, sans artifice. L’acte d’amour a besoin de patience. Comme un enfant qui s’ouvre au monde, je m’abandonne aux règles simples du pèlerin qui arpente le chemin en robe de bure et sandale de cuir.

 

                 Mais le temps n’est plus au dépouillement du corps, à la piété gratuite, aux paraboles toutes faites. J’ai revêtu le survêtement de mes entraînements quotidiens, chaussé les «training» résultat d’une technologie haut de gamme.

 

                 J’entame 960 kilomètres d’histoire, d’anecdotes, d’images et de bruits, 960 kilomètres tracés par des milliers de vie.

 

                 Mes foulées annoncent le début d’un beau rêve.

 

                 Il était une fois…

 


par henzzo

Partager cet article
Repost0
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 17:09

fanie croc-1 

 

 

 

 

Moi ton père à toi ma fille,

Comment te dire...

 

Passe le temps,

 

Je t'ai vu grandir, tu m'as surpris à vieillir.

La jolie tête blonde

A usé du bleu de ses yeux

Pour découvrir un papa

Qui s'essayait à être père.

 

Douce et généreuse,

Le bruit de tes silences

A entamé mes certitudes

Tant nos vies étaient liées

Partageant mes folles équipées.

 

Et passe le temps...

 

Tu m'as vu partir

J'avais oublié de te prévenir

Je suis un peu distrait,

Tu sais de qui tenir.

 

Et passe le temps...

 

On s'est parlé sans rien se dire.

Je t'ai ouvert mon livre

Pour te confier des secrets

Que tu m'avais volé avant de les lire

 

Et passe le temps...

 

Pour tes enfants suis devenu père grand

Pour tes petits, toi la meilleure des mamans

Qui doute à chaque instant.

 

Doute ma fille, doute encoure et toujours,

Les seuls qui ont tout gagné

Ne reviendront jamais

Pour dire qu'ils se sont trompés.

 

Et passe le temps...

 

Je passe ma vie à chercher

Ce que j'ai oublié

Car je suis un peu distrait

Mais çà tu le sais.

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de henzzo
  • :
  • Contact

Profil

  • henzzo
  • diplômé déducation physique - spécialisé pour handicapés physiques - exercé handicap,toxicomanie,délinquance. Directeur centre de remise en forme- traversée course à pied des pyrénées - mais aussi de la france en solitaire et du maroc
  • diplômé déducation physique - spécialisé pour handicapés physiques - exercé handicap,toxicomanie,délinquance. Directeur centre de remise en forme- traversée course à pied des pyrénées - mais aussi de la france en solitaire et du maroc

Recherche